AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
Ces membres attendent un compagnon de voyage bien attentionné pour vivre une grande aventure!

___ • Akugi


Les recherches de la poképolice de Aiste sont tournées vers les chercheurs de gènes, un groupe de scientifique sans éthique ni morale volant les pokémons des dresseurs et coordinateurs. Voici les informations recueillies, soyez vigilant.

5 chercheurs de gènes recherchés

.

• Zacchary •

.

.


Partagez | 
 

 Le butin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icendo Roran
La science sans limites
La science sans limites
avatar

Messages : 20
EXP : 93
Date d'inscription : 06/02/2014

Notes
Relations:
Sac à dos:

MessageSujet: Le butin.   Ven 22 Aoû - 12:02

Voilà plus d’une journée que j’avais parcouru l’archipel pour revenir à mon point de départ. Voilà plus d’une journée que je trainais ce Salamèche sur mon dos, l’ayant fait passer pour endormi auprès des curieux dans le bateau, et l’ayant fait passer pour malade quand j’avais besoin de jouer l’homme pressé. J’étais très fatigué, et agacé. Le Salamèche ne s’était toujours pas relevée mais j’entendais son souffle, je savais qu’une fois injectée un peu de soins, elle rouvrirait les yeux.

J’avais très vite marcher dans les rues de Vonnier sur Lic pour atteindre mon but, en dessous du mont Azure, c’était notre ruche. Le fort de Bruine. J’y accédais à petit pas, c’était un immense laboratoire qui démarrait dans la roche du volcan pour finir sous l’eau. Ainsi il était caché par la nature, et seuls les pokémons nous avait soupçonné d’être là. Je rentrai par l’entrée nord, pour prendre l’ascenseur et directement me rendre aux laboratoires. Ils seraient bien contents de ma trouvaille. Que je pistais depuis plusieurs semaines déjà.

Mon arrivée dans le centre d’expérience fut remarquée, certains chercheurs vinrent directement me féliciter ou me demander de leur raconter mon combat. Ils étaient tous curieux de savoir comment le plan avait marché, et comment eux, tout bientôt, devraient s’y prendre pour agresser des voyageurs. Je racontais brièvement mais avec une pointe de fierté mon histoire, trainant toujours ma victoire sur le dos comme un trophée de chasse.

Pendant que je parlais, je fit signe à l’un des chercheurs de venir prendre la lézarde et lui administrer de très légers soins, assez pour qu’elle redevienne un minimum consciente et qu’on ne laisse pas son cœur s’arrêter. Débarrassé de ça, je prit ma tasse de café et m’appuya contre le rebord d’une table, j’observais d’un œil aiguisé tous les comportements des chercheurs et j’espérais que chacun soient à la hauteur. Nous n’avons que une somme ridicule de pokémon récolté, il fallait passer a la phase supérieure, nous dévoiler. Les teams des régions exterieures manifestait déjà leurs envies de travailler avec nous et d’acquérir de puissants pokémons. Et moi j’avais hâte de voir où nous pouvions aller. J’aimais le mystère, et encore plus enquêter pour les découvrir. Peu importe par où il fallait passer. Je m’en fiche.

Le chercheur chargé de la Salamèche lui administrai quelques soins, et elle finit par reprendre conscience au bout de quelques heures. N’étant pas pressé d’examiner le reptile, les scientifiques avaient décidé de programmer son opération pour dans deux jours. En attendant, ils l’avait laissé dans une petite prison pour pokémon, dans laquelle ils avait pris soin de mettre des miettes de pokébloc et de l’eau. Ils la traitaient alors comme un simple animal…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rexia Reptincel
Petit animal
Petit animal
avatar

Messages : 156
EXP : 1170
Date d'inscription : 16/02/2014
LVL : 25

Notes
Relations:
Sac à dos:

MessageSujet: Re: Le butin.   Jeu 28 Aoû - 14:21

    La première chose que fit Rexia tendis qu'elle reprenait ses esprits, se fut de froncer les naseaux... étrange, toute ces odeurs, qui l'entouraient, elle ne les connaissait pas. Ça sentait comme des médicaments, des produits qui l'ont utilisé pour désinfecter les blessures, ou pour endormir ceux qui devaient être endormi. Ça sentait comme dans un hopital. Était-elle au centre Pokémon ? Si c'était vraiment le cas, et bien ils pourraient changer les matelas des lits de leurs malades ! Elle était allongée sur le ventre sur du dur, du froid, de l'inconfortable... on aurait presque dit un plaque de béton. Elle entendait des voix retentir autour d'elle, mais sans qu'elle ne réussisse à comprendre ce qu'il se disait... ni même sans qu'elle ne reconnaisse ces voix. Ce n'était pas Safran, Siegfried, ni même Platine, et elle doutait que ce soit une infirmière Joëlle. La petite lézarde de feu fit quelques grimaces... elle avait mal partout, et elle se sentait extrêmement fatiguée alors qu'elle venait de se réveiller. Les soins lui avaient rendue un peu de santé, mais pas la moindre once énergie. Finalement, elle réussit à ouvrir les yeux, ce qui lui demanda un gros effort.

    Elle venait de comprendre pourquoi elle avait eue l'impression de dormir sur une plaque de béton : elle était sur une plaque de béton. Le museau à-plat sur celle-ci, elle prit le temps de regarder autour d'elle... et sentit son cœur se mettre à battre très fort : elle était dans une cage ! Mais enfin, qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire là !? Elle poussa sur ses petits bras, mais il lui fallut quelques secondes pour réussir à se redresser, et finalement, pour avoir la force de s'asseoir. Une douleur égaie lui tailla le bout de la queue. Elle se retourna et le redressa en poussant un petit cri : elle venait de poser sa flamme dans une gamelle remplie d'eau. Pas assez pour l’éteindre, mais ce que ça pouvait faire mal ! Et elle comprit ainsi qu'elle n'était pas un centre Pokémon, et qu'elle n'était certainement pas près de sa dresseuse : elle était enfermée dans une petite cage, juste assez grande pour qu'elle puisse se tenir debout, avec un peu d'eau et de nourriture... mais comment était-elle arrivée là !

    Tendis qu'elle continuait à regarder autour d'elle et remarquait que plusieurs humains se trouvaient ici, portant pour la plupart des blouses blanches de docteur, elle finit par apercevoir un homme à la peau pale, aux cheveux blancs, aux yeux sombre... et enfin, elle se souvint : le match, le paris, l'attaque... sa défaite. L'homme l'avait vaincue avec un Pokémon bien trop fort pour elle, et il avait profité du fait qu'elle avait perdue connaissance pour l'emporter. Il avait beau avoir forcé sa dresseuse à faire cet affreux deal, elle ne se voyait pas à lui : il l'avait volée ! Elle lui jeta un regard noir... si elle s'en était sentit la force, elle aurait volontiers lancée une Flammèche sur son manteau ! Mais elle était, hélas, tellement faible qu'elle n'aurait même pas été capable de se redresser pour lancer une Griffe. En revanche, elle ne comptait pas se laisser faire sans réagir.

    L'un des hommes qu'elle prenait pour un docteur, un grand type tout maigre avec des lunettes qui lui donnaient des yeux de scarabée, vit qu'elle était réveillée et passa un doigt par les barreaux de sa cage, l'air de vouloir la caresser. Elle tourna vivement la tête, poussa un :


    -Gnak !

    ... et l'humain se recula en chouinant : elle venait de lui mordre le doigt, pas assez pour le lui couper, mais elle l'avait suffisamment taillé pour le faire saigner. Et elle lança un regard sombre à tout-ceux qui s'approchait de trop près de sa cage, l'air de dire qu'elle ferait subir le même sort à tout ceux qui oseraient l'approcher. Ses petits crocs apparents étaient tachés de sang...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icendo Roran
La science sans limites
La science sans limites
avatar

Messages : 20
EXP : 93
Date d'inscription : 06/02/2014

Notes
Relations:
Sac à dos:

MessageSujet: Re: Le butin.   Jeu 28 Aoû - 23:00

J'avais a peine eu le temps de fermer les yeux quelques heures pour faire une sieste méritée que il fallait déjà que je me remette à déambuler dans le Fort de Bruine. Je ne savais même pas quelle heure il était, et quand j'essayais de regarder par le peu de lumière qu'on pouvait avoir de l’extérieur, je n’apercevais que des halos qui traversaient l'océan. C'était pas tout les jours facile d'avoir un rythme sain quand on vivait sous l'eau. Mais je me disais que Kyogre devait aimer lui. Autant faire plaisir à celui à qui on doit tout, il faut bien que certains pokémons soient utiles après tout.

Alors, baillant et traînant mes pieds, je me dirigeais vers le laboratoire pour voir si je pouvais croiser quelques chercheurs à qui demander d'aller continuer à exécuter notre plan. J'aimais botter le train des autres et leur donner des ordres... Mon tour était passé, maintenant il fallait que certains nous prouve qu'ils seraient en mesure d'obtenir les richesses tant convoitées que les team des régions étrangères nous promettent... Tout à coup, je vis l'un d'entre eux chouiner en revenant des la salle de détention pokémon. Je m'avançais vers lui un peu perplexe avant qu'il ne me raconte que la Salamèche c'était reveillée et qu'elle se montrait farouche. Je ne voulais même pas continuer a regarder ce scientifique. Pleurer pour un bobo? Ne pas arriver à maitriser un pokémon? Je crois que certaines recrues manquent un peu de punch. Et aussi que cette petite lézarde n'avait pas compris qu'ici, il fallait se résoudre à la crainte et stopper tout espoir. Elle ne sauverait pas sa peau d'une simple morsure. Elle allait le savoir.

Alors j'entrais avec joie dans l'entre de la bête, une grande salle remplies de cages, encore vides car la lutte démarrait tout juste! Alors je me dirigeais vite vers celle que je voulais voir. Cette petite rebelle, qui ne semblait pas prendre vraiment conscience de sa captivité à vie. Il fallait bien que je lui dise la vérité... C'était mon devoir, et cela me faisais trèèèès plaisir. Alors je me posais devant la cage, les mains dans les poches, la défiant d'un regard malicieux.

" Salut, toi. "

Il fit une courbette avant de poursuivre.

" Notre rencontre était amusante. Et mon vrai nom est Icendo Roran, je te salue à nouveau, ma petite. "


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rexia Reptincel
Petit animal
Petit animal
avatar

Messages : 156
EXP : 1170
Date d'inscription : 16/02/2014
LVL : 25

Notes
Relations:
Sac à dos:

MessageSujet: Re: Le butin.   Ven 29 Aoû - 16:40

    Plus froid qu'un Pokémon de Glace, voilà ce que Rexia pensait de ce type ! Il était bien le seul à s'être amusé à leur rencontre, même ses Pokémon ne semblaient pas y avoir pris du plaisir, et ses manières faussement polies ne la tromperaient pas ! Et si il croyait qu'elle allait se laisser impressionner par ses "courbettes"... contrairement à ce qu'il croyait, elle se rendait bien compte de sa situation et se doutait que sa petite rébellion de tout-à-l'heure risquait de lui coûter cher et ne lui servirait pas à grand-chose pour s'évader... mais elle s'en fichait : elle ne comptait pas se laisser soumettre sans se battre, même si elle savait que vu que c'était elle qui était affaiblie et enfermée derrière des barreaux, elle n'avait que peu de chance de gagner. Elle comptait au moins faire en sorte que ces gents se souviennent d'elle.

    Elle songea qu'elle n'avait rien à faire du nom de ce serpent, et que si il avait un brin de jugeote, il n'entamerait pas la conversation avec un être dont il ne comprendrait pas un traître mot des paroles. Il était un humain, après-tout, même un être aussi machiavélique ne pouvait pas comprendre le langage Pokémon... si ? Elle se mit d'ailleurs bien face à lui et en profita pour lui une crier :


    -Sala' ! Sala' Sala' Salamèche ! Sala' Sala' Salamèche !

    Une belle série de noms de Pokémon Oiseau que je ne prendrais pas la peine de vous traduire en langage humain.

    Elle termina sa tirade en claquant des mâchoires dans sa direction, dans un bruit sec. C'était un avertissement : si il osait s'approcher d'elle, elle comptait bien le mordre, à lui-aussi... sauf que pour lui, elle ne se contenterait pas de lui tailler que le bout du doigts.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icendo Roran
La science sans limites
La science sans limites
avatar

Messages : 20
EXP : 93
Date d'inscription : 06/02/2014

Notes
Relations:
Sac à dos:

MessageSujet: Re: Le butin.   Dim 7 Sep - 20:17

Je pouffais un petit rire étouffé rapidement par une crise de toux suite a la rage éclatée par la petite lézarde. Elle avait de la ressource ! Et c’est ce qu’il me fallait. J’étais bien content de voir que je ne m’étais pas trompé et mon sourire grimaçant ne faisait que s’accroître par la colère de mes adversaires. Mais il ne fallait pas la laisser moisir ici trop longtemps, j’avais bien trop envie de voir ce qu’on pouvait tirer d’un petit pokémon déjà bien fort. Les dracafeu pouvaient méga évoluer. Deux fois. Il fallait puiser ça a la source : le Salamèche.

« Ma petite. Tu me donnes bien trop envie de jouer avec toi. »

Je cria alors quelques noms de mes assistants. Je voulais aider à l’expérience, et on allait s’y mettre maintenant, à plusieurs ! D’un geste déterminé, j’ouvrais en grand la cage de la bête. Je la regardais dans les yeux, lui jetant un regard un peu fou et excité. Mes cernes mettaient bien en valeur mes airs un peu démoniaques, il fallait reconnaître que j’en jouais pas mal. Puis j’attrapais la lézarde par la peau du dos, la sortant violemment hors de sa cage et la traînant comme un vulgaire monstre.

« On va jouer, maintenant. »

Accompagné de mes compères, je filais dans les couloirs rapidement, ma blouse noire filait derrière moi, puis j’entrais dans la salle du laboratoire d’expérience. Rapidement, je posais la petite pokémon sur la table d’analyse, muselière et attaches aux pattes prévues pour qu’elle reste tranquille. Il fallait que je m’étais dépêché de suivre mes pulsions et mes instincts avant qu’elle ne puisse trouver le temps de s’échapper. Là, je la toisais. Elle était incapable de faire quoi que ce soit sur cette table blanche. Blanche ? Pas pour longtemps. Les scientifiques autour de moi s’affairaient déjà de blouse et de masque. Moi je n’en avais pas besoin, j’aimais bien au naturel… Elle ne s’échapperait pas d’ici, cette petite bête, rien ne pourra la sauver… Rien…

Rien ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rexia Reptincel
Petit animal
Petit animal
avatar

Messages : 156
EXP : 1170
Date d'inscription : 16/02/2014
LVL : 25

Notes
Relations:
Sac à dos:

MessageSujet: Re: Le butin.   Lun 29 Sep - 8:11

    Le plus frustrant, dans toute cette histoire, c'était le mépris évident avec lequel cet humain traitait la tentative de la petite Pokémon de se montrer sûr d'elle et rebelle, de refuser de se laisser abattre et de tout donner pour échapper à cet endroit maudit et à ces hommes fous. La froideur de cet humain lui faisait se rendre compte d'une bien triste réalité : elle avait beau chercher à se montrer vaillante, au fond d'elle-même, elle n'en menait pas large : elle était terrorisé. Si cela s'était passé quelques semaine plus tôt, alors qu'elle était encore un Pokémon de bas niveau qui n'avait pas encore eu l'expérience des match et qui vivait dans un laboratoire, elle se serait surement assise dans un coin de la cage et elle aurait pleurée. Aujourd'hui, cependant, elle tenait à se montrer forte, pour son honneur, pour que Safran soit fière d'elle... mais elle sentait sa peau lui piquait rien qu'à l'idée de ce qu'on pourrait lui faire subir dans un laboratoire.

    Elle n'allait certainement pas tarder à le savoir. Elle chercha à se défendre en lui mordant la main, mais ce coup-ci, l'homme fut plus rapide et elle fut trop faible pour réagir lorsqu'il l'attrapa par la peau du dos. Elle chercha, bien-sûr, à le griffer, mais ses griffes dérapaient sur sa blouse sans lui faire le moindre mal. Le petit lézard ne put que donner des coups de poings et de pieds en l'air de façon désespérée, continuant à vociférer ses :


    -Sala' ! Sala' ! Salamèche !!!

    ... bien qu'elle se rendait compte que c'était inutile, maintenant.

    Rexia se retrouva finalement attachée sur une table blanche, totalement entravée, les membres écartés par des attaches, le ventre à la merci de ses bourreaux, et une muselière couvrant son visage, si serrée qu'elle ne pouvait même plus parler et qu'elle lui faisait mal. Une lanière de cuire entravait sa queue, et une autre lui passait sur le front, de sorte qu'elle ne pouvait que regarder droit-devant elle, où se trouvait un spot qui l'aveuglait... et parfois, où passait le visage de l'homme aux cheveux blancs, ou de l'un de ses collègues au visage couvert d'un masque. Que ce soit l'un ou l'autre, ce visage était des plus inquiétant. Elle sentait que la table sur laquelle elle se trouvait avait déjà été nettoyée au javel... elle sentait que ce qui était arrivé aux autres Pokémon s'étant déjà trouvé sur cette table était peu enviable, et qu'il allait lui arriver la même chose.

    Ce coup-ci, elle ne fut plus capable de se retenir : des larmes coulèrent le long de ses joues. Cependant, elle continua à montrer les dents, bien décidée à se montrer la plus forte possible aux épreuves qui l'attendaient. Elle supposait, et c'était ce qui était particulièrement désespérant, qu'elle finirait par céder... mais elle ne le ferait pas sans se battre. Elle sentit cependant son courage la quitter lorsque les hommes se rassemblèrent autour d'elle. Elle sentit quelque-chose monter en elle, quelque-chose de chaud et de puissant, comme lorsqu'elle avait apprise une nouvelle attaque et qu'elle s'apprêtait à la lancer. Peut-être que ses flammes allaient sortirent... elle devait alors les retenir, sinon elle se blesserait à-cause de la muselière. A moins que ce ne soit qu'un autre effet de la peur. Elle n'avait jamais eu aussi peur, pas même le soir où elle s'était perdue et où elle avait rencontrée Safran.

    Ou alors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icendo Roran
La science sans limites
La science sans limites
avatar

Messages : 20
EXP : 93
Date d'inscription : 06/02/2014

Notes
Relations:
Sac à dos:

MessageSujet: Re: Le butin.   Mar 30 Sep - 17:40

Je discutais avec deux trois chercheurs que je pensais un peu incompétents et nettoyais deux trois instruments. Je n'aurais pas besoin de masque, pour moi tout ça n'était qu'un jeu d'enfant, une vulgaire routine. Mais je prenais davantage de plaisir à m'attaquer à ce petit corps que j'avais dut ramener moi même ici. J'avais suer et voilà qu'elle se montrait caractérielle? Bien, soit. Je lui ferais payer ses râles.

Je commençais alors a nettoyer une lamelle, la première étape pour récupérer les organes qui nous fallait, étaient d'ouvrir une partie un peu au dessus du ventre, à la fin de la gorge. C'était l'endroit qui nous intéressais chez les Salamèche comme elle. C'est ça qui nous intéressait pour comprendre enfin les mystères de Dracaufeu et pourquoi pas provoquer de nouvelle réaction d'évolution? Allant jusqu’à lui trouver des milliers de nouvelle méga évolution! Cela m'inspirait, tandis que je me dressais encore au dessus de la lézarde qui semblait à bout. Une vulgiare discussion m'accapra deux minutes, sur le fait si il fallait oui ou non l'anestesyer. Non pas que lui faire du mal nous posait de réels soucis, mais davantage de savoir si nous devions la garder en vie. Il était certain que la douleur la tuerait sur le coup.

Un peu contrarié, j'avais directement conclu que nous n'aurions plus besoin d'aide une fois l'ADN et les organes récupérés, de toute façon, il nous faudra davantage un Dracaufeu qu'une ridicule petite Salamèche aussi fragile. Une fois que j'eu envoyé balader mes collègues aux questions douteuses, je plantais la lamelle pointue sous la gorge du pokémon feu. Lentement.


Touuut doucement.

" Alors, comment est-il, ce dernier souffle...? "

Je sentais un plaisir immense grimper en moi: sans aucun doute je ressentais sa pleine douleur. J'adorais cela, et je faisais durer le temps avant qu'elle dise adieu à notre monde. Uniquement pour moi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Safran Salzard
Entouré de ses compagnons
Entouré de ses compagnons
avatar

Messages : 439
EXP : 2355
Date d'inscription : 11/02/2014

Notes
Relations:
Sac à dos:

MessageSujet: Re: Le butin.   Sam 11 Oct - 14:53

Elle était entrée. Par elle ne savait quel miracle, elle avait réussi à entrer dans le repaire des monstres qu'elle épiait. Elle leur avait volé une blouse et des lunettes. Elle n'y voyait presque rien d'ailleurs, mais elle les avait baissé au maximum sur son nez pour pouvoir regarder par au dessus.
Pour compléter son déguisement, elle s'était attaché les cheveux et avait rappelé Platine, faisant passer Siegfried pour un pokemon qu'elle avait savamment capturé. Le dragon avait adopté une attitude flasque, se laissant trimbaler comme un vulgaire sac de patates. Et le pire, ce que leur plan avait fonctionné. La rouquine était entré le plus naturellement du monde « C'est le décor qui doit s'adapter à toi, pas l'inverse ». Un conseil entendu dans une série TV, c'était le seul qu'elle avait, et, contre toute attente, il marchait. Oh ça, elle en avait douté, jusqu'au bout, jusqu'à ce qu'un autre voleur la salut d'un air entendu, elle avait crut qu'elle devrait finir par entrer en force, attaque à coup de Dracorage et se battre bec et ongles pour récupérer Rexia. A bien y réfléchir, ce plan aurait été voué à l'échec, et même si elle sentait une certaine frustration a devoir sourire à ces monstres, ces scientifiques voleurs, elle était bien contente de ne pas avoir à se battre pour le moment. C'est qu'ils étaient nombreux ces cloportes !
D'ailleurs, alors qu'elle y pensait, la sortie risquerait d'être bien plus périlleuse. Si elle n'arrivait pas à délivrer Rexia discrètement, elle devrait se sauver en force... Enfin, pour le moment, elle pensait surtout à retrouver la Salamèche !
A l'origine, l'idée était de retrouver son odeur grâce à l'excellent odorat de Siegfried, pourtant, force était de constater que bien qu'ayant un nez humain, Safran était elle même submergée d'odeur de produits chimiques en tout genre, et elle doutait que son compagnon puisse repérer quelque odeur que ce soit. Le plan B, le plan de l'improvisation dû s'imposer à la rouquine, elle n'avait pas le choix, elle devait... Demander son chemin.
La requête lui semblait légitime, et puis, elle n'avait qu'à se faire passer pour une tête en l'air, aussi s'arma t'elle d'un sourire crispé et gêné pour s'approcher d'un homme plutôt imposant. « Où dois-je le déposer ? », articula t'elle lentement alors que les mots semblaient lui déchirer la gorge. Lorsque son vis-à-vis s'ébranla pour la toiser, elle eut peur qu'il lui prenne le pokemon des mains pour l'amener lui même là où toutes les victimes se trouvaient. Son cœur s'affola, et jusqu'à ce que la voix gutturale se fasse entendre, elle était prête à s'enfuir en courant. A cet instant précis, elle se rendit compte que sa peur était revenue. Ses jambes tremblaient et elle suait plus qu'à l'accoutumée. Par chance, l'employé en face d'elle lui désigna la direction d'un mouvement du menton « Tu ne peux pas te tromper... » marmonna t-il.
Elle hésita à le remercier mais opta pour se taire et filer vers sa destination. Après tout, lui aussi faisait partit des monstres qui avaient capturé Rexia, et certainement plusieurs autres pokemon. Oui, elle ne pouvait pas être l'unique cible de toute cette organisation, c'était tout bonnement impossible, ou alors, Rexia cachait en elle une gemme d'une valeur inestimable... Hu, l'idée lui parut saugrenue, et elle s'engouffra dans un couloir plus étroit que les autres. Il n'y avait plus personne et Safran devina qu'elle devait s'être éloigné du centre du repaire. Par contre, elle entendait des éclats de voix. Des plaintes de pokemons s'élevaient derrière quelques portes, mais lorsque la rouquine voulut les ouvrir, toutes étaient fermées, et ouvrir avec une attaque de Siegfried était une mauvaise idée. Premièrement car il risquait de blesser un pokemon derrière, et deuxièmement, parce que la discrétion était le maître mot. Ainsi, le cœur serré, elle s'éloigna pour retrouver sa Salamèche.
Mais... Et si elle se trouvait avec les autres victimes ? Ce n'est que lorsqu'elle entendit une voix familière venant d'une salle à la porte ouverte qu'elle se dit que non, Rexia n'était pas avec les autres.

Alors, comment est-il, ce dernier souffle...? "

Il n'y avait aucun doute ! Ce ton appartenait bel et bien à Eraph ! Alors qu'elle pouvait expérimenter à nouveau la peur quelques secondes plus tôt, le sang de la rouquine ne fit qu'un tour dans ses veines, et à la crainte succéda la colère. La rage de l'humiliation, de n'avoir rien put faire pour sauver son amie. Désormais, ils étaient dans un repère, il ne pourrait pas faire appel à son Kyogre sans risquer de tout détruire.
Tout s'enchaîna alors très vite. Safran comme Siegfried jetèrent un œil dans la salle d'expériences, et ils virent le voleur, Rexia, d'autres personne, mais surtout un scalpel menaçant. Ni une ni deux, ils se jetèrent à l'unisson dans la salle. La dresseuse envoya valser ses lunettes inutiles au loin, elle ne voulait absolument pas louper ce cloporte !

- Lâche mon pokemon !

Hurla t'elle alors qu'elle se jetait à toute allure contre Eraph. Elle avait beau être plus petite, lorsqu'elle sauta, son poing était assez haut pour venir se fracasser sur la joue, ou le nez, elle ne savait pas trop, de son agresseur.
Lorsqu'elle retomba à terre, elle recula de quelques pas, toisant la situation, mais l'agitation l'en empêcha, Siegfried grognait, grondait, menaçant quiconque tenterait de les attaquer. C'est alors que...

_________________________
[Hrp : Hu, cette fin sent le faisandé, mais bon :,D Je ne sais pas trop si Oka entre avec Saf ou pas, mais bon, au cas, je ne l'ai pas mentionnée, disons que comme ça, on ne sait pas si elle vient seule ou pas, m'enfin... DUNDUN !]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rexia Reptincel
Petit animal
Petit animal
avatar

Messages : 156
EXP : 1170
Date d'inscription : 16/02/2014
LVL : 25

Notes
Relations:
Sac à dos:

MessageSujet: Re: Le butin.   Dim 12 Oct - 16:58

    L'acier froid perça la peau de Rexia. Ça faisait encore plus mal que ce qu'elle pensait... peut-être était-ce parce que l'idée de ce qui l'attendait la rendait particulièrement sensible, chaque parcelle de sa peau la démangeant comme si des milliers de petits insectes rampaient en-dessous. Elle tâcha de se libérer, mais elle pouvait à-peine gigoter. Un cris étouffé par sa muselière échappa de sa gorge. Elle avait voulu se montrer forte... mais ce qu'il était en-train de lui faire, c'était de trop : un véritable déluge de larmes coula de ses yeux. Elle savait qu'elle allait mourir, et de la façon la plus douloureuse et la plus cruelle qui soit. Et hélas, elle ne pouvait rien y faire. Sa première pensée alla à Siegfried, qu'elle n'avait pas connu assez longtemps à son goût. Puis elle pensa à sa dresseuse... elle regrettait tant de ne pas avoir été assez forte. Elle se demanderait surement, plus tard, pourquoi elle avait pensé à Siegfried avant de penser à Safran... mais pour le moment, ses pensées étaient surtout prises par le moment présent.

    Elle avait mal, et elle avait peur, si peur... cette peur la dévorait de l'intérieur. Elle sentait toujours cette chose étrange monter en elle, mais elle était incapable de comprendre ce que c'était... elle n'arrivait d'ailleurs pas à réfléchir suffisamment pour cela. Mais bientôt, la douleur fut remplacée par une étrange chaleur, une chaleur qui se répandit à l'intérieur de son corps, jusqu'au bout de ses griffes. Elle ne savait pas que, lorsqu'on mourrait, on ressentait soudainement une montée de puissance. Sa vue se brouilla, fut remplacée par une sorte de rideau rouge à-travers lequel elle ne voyait plus que des formes, des ombres... elle sentit la lame de retirer de sa peau et entendit du chahut, devant-elle, mais ce qu'il lui arrivait l'empêcha de comprendre ce qu'il se passait... ça l’empêcha même de se demander ce qu'il se passait.

    Pour les gents à l'extérieur, sur la table, Rexia était maintenant enveloppée d'un halo de lumière rouge, ardente. La flamme, au bout de sa queue, avait prise en intensité. Sous le halo de lumière, le corps de la Salamèche se mit à grandir. Les attaches qui la retenaient à la table cédèrent, et elle se redressa, continua à grandir. Une sorte de "corne" poussa à l'arrière de son crane. Son museau et ses griffes s'allongèrent, devinrent plus pointus. Sa musculature se développa. Lorsque la lumière se dissipa, le Pokémon avait changé... c'était toujours Rexia, sans être Rexia. Elle saisit la muselière qui lui bloquait toujours les mâchoires et tira dessus, la déchirant. Puis elle leva le museau et cria à plein poumons :


    -REPTINCEEEEEEEELLLL !!!

    Le museau retroussé, les crocs à découverts, Rexia, qui venait d'évoluer, se tourna vers un coin de la pièce et souffla une flamme ardente comme elle n'en avait jamais soufflé, qui alla frappé un bureau et fit fondre quelques ordinateurs. Rexia ne maîtrisait pas encore le Lance-Flamme, normalement... pourtant, elle venait d'en utiliser un. Ses yeux étaient toujours rouge, luisants, comme injectés de sang. La peur avait déclenchée son évolution, l'évolution mélangée à la peur avait égarée son esprit, changeant la peur en rage. Elle était, en réalité, dans un tel état de rage que ses pouvoirs étaient décuplés, elle était plus puissante qu'elle ne pourrait jamais l'être dans son état normal. Mais son esprit était réduit à celui d'une bête sauvage : elle ne savait plus qui elle était, ni où elle était, ni faire la différence entre ses amis et ses ennemis. Elle savait juste qu'elle avait souffert, et qu'elle devait détruire tous ceux qui l'avaient faite souffrir.

    Elle tourna lentement le museau... elle ne voyait toujours le monde que de façon flou, à travers des formes et des ombres. Tout semblait n'être que des nuances de rouge. Elle voyait cependant des gents... et elle se mit à cracher son feu sur ces gents. Son corps était si chaud que la table, sous elle, fondait. Elle remarqua une personne de taille plus petite que les autres, avec des cheveux rougeoyants... et ne vit en elle qu'une menace : elle ouvrit la gueule et souffla également dans sa direction...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icendo Roran
La science sans limites
La science sans limites
avatar

Messages : 20
EXP : 93
Date d'inscription : 06/02/2014

Notes
Relations:
Sac à dos:

MessageSujet: Re: Le butin.   Dim 12 Oct - 19:08

Tout c'était passé bien trop vite pour moi, et mes yeux fatigués. En quelques secondes, je me retrouvais assaillit d'un poings sur le visage, administré par la gamine que j'étais persuadé d'avoir semé. Et voilà que la situation dégénérait encore, voilà que la Salamèche évoluait. Maintenant? Maintenant!

Non!
NON.

Pourquoi tout se passait si mal, je ne réagissais pas encore a l'entrée fracassante de la rouquine, et mes collègues semblaient perdus en me jetant tantôt des regards. Je me crispais, tenais ma tête fort entre mes mains. Mais les événements avaient-ils décidés de se foutre de moi? Comment cette gamine avait pu entrer dans le fort de Bruine? Je hurlais alors de rage. Je criais. Qui avais pu être si négligeant? J'étais entouré d'imbéciles, vraiment. VRAIMENT.

Et il fallait que j'agisse par moi même, encore, alors que j'étais crevé, énérvé, irrité. J'allais m'approcher de cette Safran, dresseuse insuportable, avant de m’apercevoir que la situation se gâtait pour elle, sans que je fasse quoi que ce soit. Elle l'avait bien cherché, alors je finissais par en rire. Un rire qui m'emporta loin, c'était indéfinissable. Je riais aux éclats, voilà qu'elle allait se faire cuire par sa propre alliée. Qui allait y croire? Comment les événements pouvaient se suivre de la sorte si rapidement sans avoir de sens. Rien n'était logique, rien! Tout était dénué de sens. Mais là, ça tournait à peu près à mon avantage. J'allais être le témoin d'une scène meurtrie. Les autres scientifiques étaient perdus, mais je leur faisais signe de la tête de rester là où ils étaient. Moi, je m'occuperais de ce reptincel une fois qu'elle aurait brûler le corps de son ex-dresseuse.

J'avais Kyogre avec moi, et au moins, je pouvais presque compter sur lui.

Je restais alors en retrait, le sourire aux lèvres, admirant la scène qui se préparait, un regard effrayant plongé dans les yeux de Safran Salzard. J'étais heureux, cette effrontée allait comprendre la haine des chercheurs de gènes. Et leur besoin de tranquillité...


" Dites adieu à vos rêves, Mlle Salzard. "


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Safran Salzard
Entouré de ses compagnons
Entouré de ses compagnons
avatar

Messages : 439
EXP : 2355
Date d'inscription : 11/02/2014

Notes
Relations:
Sac à dos:

MessageSujet: Re: Le butin.   Lun 13 Oct - 14:43

C'est alors que les événements prirent une tournure totalement inattendue, que ce soit pour Eraph, ou pour Safran. Encore attachée à sa table d'opération, Rexia n'était plus censé pouvoir bouger, pourtant, elle commença à rayonner. Elle brillait de telle sorte que la lumière qu'elle dégageait aveuglait toutes les personnes présentes dans la pièce exiguë, empêchant ainsi par la même occasion tout mouvement. Il était trop risqué d'attaquer à l'aveuglette, alors personne ne fit rien, attendant que cela passe. Pourtant, ce n'était que le début. Alors que la rouquine avait du mal à le croire, son pokemon était en train d'évoluer, devant elle, et pas dans la meilleure des situations. Et tandis que la lumière se faisait moins vive pour se concentrer sur le corps de la Salamèche, ses membres grandissaient peu à peu. La transformation s'accomplissait devant un publique impuissant, alors que la puissance du pokemon lui permit de se libérer et de se relever.
Lorsqu'elle arrêta de briller, Rexia n'était plus une Salamèche, mais bel et bien une grande Reptincel, aux écailles flamboyantes. Si elle avait sut ce qui se passerait par la suite, Safran n'aurait certainement pas affiché un sourire ravi, pourtant, à cet instant, elle était convaincue que l'évolution de Rexia serait la clé qui leur permettrait de sortir du repère des scientifiques et de s'enfuir au loin. Oh, pauvre et innocente dresseuse. La réaction du pokemon de type feu était prévisible. L’entraînement et les combats qu'avait menés Rexia y étaient peut être pour beaucoup, mais c'était bel et bien la peur qui l'avait faite évoluer. Et cette peur se mua bien vite en haine incontrôlable, libérant son talent cacher, Brasier.
Folle de rage, la Reptincel déversa un flot de flamme sur tout ce qu'elle voyait, et tout ce qu'elle voyait, outre les meubles et les scientifiques, ça incluait aussi ses anciens coéquipiers. Et ce fut à ce moment précis que la rouquine perdit son sourire. Elle était arrivée trop tard et Rexia avait perdu les pédale, elle dérivait à présent en chute libre, et il allait falloir la remettre en selle. La chose en elle même n'était déjà pas aisée au calme, alors dans cette situation d'urgence, à part sauter en roulé-bouler pour éviter une attaque mortelle, la dresseuse ne savait pas trop quoi faire. Les autres scientifiques ne bougeaient pas, ou alors pour s'esquiver des flammes enragés du pokemon. Ils auraient bien mérité de brûler eux par contre, ils avaient voulu jouer avec le feu, et maintenant, ils allaient devoir payer le prix, pourtant, ce n'était pas sur eux que Safran se concentrait.
Une voix lugubre parvint à ses oreilles, une voix qu'elle connaissait déjà, et qu'elle haïssait plus que tout.

Dites adieu à vos rêves, Mlle Salzard. "

Eraph, en retrait dans un coin de la salle la toisait, l'air mi-amusé mi-effrayant. Comment osait-il ? C'était de sa faute ce qui arrivait, et il se mettait toujours en position de conquérant... Ce n'est que lorsqu'elle entendit un rugissement que la réalité lui revint et qu'elle recula. Ca la rebutait de l'admettre, mais si elle ne trouvait pas une solution maintenant, elle... Mourrait, et de la plus ironique des façons : carbonisée par son amie.
Serrant les dents et les poings, elle analysa que les scientifiques ne bougeraient pas, c'était Rexia, Siegfried et elle, tous les trois, comme au début de leur voyage. Il fallait stopper la Reptincel, l'obliger à voir la réalité : ils sortiraient, tous les trois, ensemble. Safran était sûre que s'ils parvenaient à l'empêcher d'attaquer, ne serait-ce que quelques secondes, elle parviendrait à la toucher, à la calmer... A la rappeler dans sa pokéball ?
Peu importait, il fallait faire vite, et bien que l'idée la rebutait, elle prit sa décision.

- Siegfried, Coupd'boule !

Le Solochi, trop petit certainement pour attirer l'attention de son ancienne camarade s'il ne bougeait pas, resta un instant de marbre. Il avait peur, pour la première fois de sa vie. Il avait peur, il n'avait pas confiance en ses capacités. Lui qui s'était toujours placé au dessus de Rexia en termes de force et d'expérience, le voilà qui tremblait, recroquevillé dans un coin de la salle. Il en avait voulut à Safran de ne pas avoir agi face à Eraph, et désormais, il comprenait ce qui lui était arrivé. Un peu trop tard, peut être ? Le fait était que, face à la colère grandissante de son amie désormais évoluée, il ne savait plus quoi faire. Lorsque l'ordre parvint à ses oreilles, il se crispa. Attaquer ? Rexia ? Elle était son amie, et elle devait souffrir, il ne voulait pas lui faire de mal. Et puis, que lui arriverait-il à lui, s'il se manquait ?
Au fond de lui, il était d'accord avec Safran. Il s'était déjà battu avec la Salamèche durant leurs entraînements, s'il l'attaquait maintenant, il ne ferait certainement que la sonner. C'était bel et bien cette foutu crainte qui le paralysait, et ce ne fut que lorsqu'il entendit un couinement venir de sa dresseuse alors qu'elle parvenait à peine à supporter la chaleur que provoquait le pokemon de feu qu'il se décida. Il croisa le regard déterminé de sa dresseuse et s'en voulut. Elle était restée paralysée une fois, mais maintenant, elle prenait sur elle, alors que lui, lui continuait à se morfondre... Non ! Plus jamais ! Il était un dragon, il était fort lui aussi ! Rugissant, il attira l'attention de son amie avant de lui foncer dessus, la tête la première. Lorsqu'il entra en collision avec le corps de Rexia, il fut surpris de la chaleur qu'elle dégageait, c'était réellement brûlant, mais à bien y réfléchir c'était logique.
Dans tous les cas, il profita de l'avoir renversée temporairement pour tenter de lui parler, la raisonner, lui rappeler qui elle était. « Rexia ! Réveille toi ! Tu es en train d'attaque notre dresseuse ! Et Eraph en rit ! Ne deviens pas le monstre qu'ils veulent que tu sois ! ». Il espérait de tout cœur que ses paroles aient atteint leur but, pourtant, il en doutait. C'est alors que Safran, reprenant son équilibre, se jeta à son tour dans la mêlée, profitant de la diversion. Elle se jeta littéralement sur Rexia, se brûlant les mains par la même occasion, la serrant contre elle. Elle aurait voulu pleurer, mais elle se l'interdit, pas encore, pas devant ce monstre d'Eraph, elle était trop orgueilleuse pour ça.

- Rexia, je t'en pris ! Redeviens-toi même ! Rappelle toi qui tu es, qui nous sommes ! Nous sommes une équipe...

Elle renifla et serra les dents. Sentant à peine sa troisième pokéball s'ouvrir à sa ceinture, elle remarqua du coin de l'oeil la Mucuscule se matérialiser, le regard déterminé. Platine, terrifiée, avait décidé que non, elle n'était pas une lâche. La désormais Reptincel avait prit soin d'elle depuis son arrivée dans l'équipe, c'était aussi à elle de l'appeler. « Rexia ! Mon amie, tu as toujours été mon modèle, s'il te plaît, reviens ! ».
Ca passait ou ça cassait désormais...

________________________
[Hrp : Lololooo, désolée, c'est dégoulinant de sentiments, mais j'étais en mode guimauve. J'espère que ça convient, mais je peux changer la fin à la demande o/]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rexia Reptincel
Petit animal
Petit animal
avatar

Messages : 156
EXP : 1170
Date d'inscription : 16/02/2014
LVL : 25

Notes
Relations:
Sac à dos:

MessageSujet: Re: Le butin.   Mar 14 Oct - 19:40

    Rexia ne bougea pas. Tel un drone uniquement placé là pour déverser son feu et sa rage sur les intrus, elle restait immobile sur la table, sauf lorsqu'elle tournait la tête pour cracher son feu, comme si elle avait oublié comment il fallait faire pour marcher. Ce fut bien la raison pour laquelle le petit Solochi put la toucher aussi facilement, la jetant au sol. L'humaine la plaqua, la maintint en place... la nouvellement Reptincel se mit à gigoter, à pousser des cris qui n'avait plus rien de ce qu'ils étaient avant, sortes de hurlement primaires et bestiales, fais de grondements et de grognement. Elle tentait de se défaire de la prise de cette humaine... mais c'est qu'elle était drôlement forte, en fait ! Ce laps de temps laissa à Safran et à ses deux autres Pokémon le temps de lui dire ce qu'ils avaient à lui dire, de la supplier de redevenir comme elle était, de leur revenir... mais si elle entendait leurs paroles, et même qu'elle les comprenait, c'était comme si tout-cela n'avait aucun sens, à ses oreilles. Elle n'entendait que des grondements, et son cerveau n'était habitait que par une pensée : détruite ! Détruire tout, détruire tout-le-monde, détruire tout ceux qui oseraient chercher à l'en empêcher !

    Rexia réussit finalement à se défaire en partie de l'étreinte de la rouquine et, avec la force de sa rage et la puissance de ses dents plus pointues qu'avant, elle attrapa son bras et la mordit. Elle aurait pu tirer, secouer, réduire ce tas de peau, de chaire et d'os en charpies, tel les Pokémon préhistoriques chasseurs de l'ancien temps, dévorer l'humaine et continuer ses ravages en toute tranquillité. C'était ce qu'elle voulait faire, d'ailleurs... mais tendis que le sang emplissait sa bouche, que son odeur venait chatouiller ses naseaux, qu'elle ressentait la douceur de la peau de la fille, une peau si fragile, si délicate, et si familière, elle s'immobilisa. La Reptincel continuait de grogner, elle serrait les mâchoires à presque briser l'os, ses yeux gardèrent la même lueur rougeoyante... mais au fil des secondes qui passaient, ses cris se firent moins forts, la chaleur qui faisait bouillonner son corps réduisit.

    Au fond de son esprit bouillant de colère, la mémoire de Rexia s'éveilla... elle connaissait cette odeur, elle connaissait cette douceur. Elle ne s'en souvenait plus, c'était si vague... mais pourtant, elle sentait que c'était quelque-chose d'important, pour elle, et qu'elle était en train de faire quelque-chose de mal. Elle devait se souvenir... c'était ces réflexion qui immobilisaient le lézard de feu. Le visage flou de la fille, elle recommença petit-à-petit à le voir plus clair. Sous ses yeux, elle avait un visage empourpré, ruisselant de sueur et de larmes... mais dans son souvenirs, c'était un visage souriant, rassurant et qui l'amusait. Elle revit un museau bleu qui la faisait rire et qui l'encourageait, couvert par des poiles noirs. Elle revit une boule jaune, bleue et rose, qui cherchait toujours du réconfort auprès d'elle. Elle revit des combats, des pleures et des rires. Elle entendit des voies d'amis. Les voies qu'elle avait entendu plus tôt... c'était celles-ci. Finalement, les paroles qu'elles avaient prononcées prenaient du sens dans son esprit.

    La Reptincel papillota un instant des yeux, la lueur de ceux-ci perdant de son ardeur. Elle se souvenait ! Elle était Rexia ! Elle était une Pokémon de dresseur ! Et sa dresseuse, c'était celle qu'elle venait de... ! Les yeux de Rexia retrouvèrent enfin leur vert naturel. Ils étaient plus prononcés, plus brillants sous sa nouvelle forme. Elle loucha un instant sur le bras qu'elle avait entre les dents, puis enfin, elle desserra les mâchoires et se retira. Elle leva vers Safran deux yeux horrifiés par ce qu'elle venait de faire : elle avait blessée sa dresseuse, elle l'avait mordue jusqu'au sang ! Les marques de ses dents pointues saillaient sur son bras, peut-être même qu'elle en garderait des cicatrices. Et... c'était elle qui avait fait ça.


    -Reptincel... lui dit-elle d'une voie emplie d'émotion.

    Elle lécha le bras à plusieurs reprises, essayant de faire s'arrêter le sang de couler. Puis elle regarda ses deux camarades Pokémon, et leur répéta ce qu'elle avait dit à Safran en langage Pokémon :


    -Je suis désolée...

    Durant un instant, elle garda le silence... puis son museau se retroussa à nouveau dans un nouvel accès de rage, la montée d'une nouvelle colère presque aussi puissante que la première. Mais ce coup-ci, elle ne perdit pas la tête, ses yeux ne changèrent pas de couleur : elle s'était tout-simplement rappelée pourquoi, et à cause de qui tout-cela était arrivé. Elle se délogea de l'étreinte de sa dresseuse et se dressa devant ses trois amis, entre eux et les scientifiques, et surtout ce maudit Incendo. Elle ouvrit grand la gueule et poussa un tel rugissement qu'elle en fit trembler des éprouvette. Puis ses joues se gonflèrent, une lueur bleutée échappa de ses crocs. Elle ouvrit la gueule et cracha la plus puissante des attaques Draco-Rage dont un Reptincel de son niveau était capable, alimenté par sa colère et son évolution, en direction du groupe ennemi, bien décidée à leur faire payer tout ce qu'ils avaient fais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icendo Roran
La science sans limites
La science sans limites
avatar

Messages : 20
EXP : 93
Date d'inscription : 06/02/2014

Notes
Relations:
Sac à dos:

MessageSujet: Re: Le butin.   Jeu 16 Oct - 18:53

J'eu faillit vomir. Ce débordement d'amour et d'amitié me brisait le coeur. Pourquoi les humains et les pokémons s'encombrait de ce genre de futilités? Pourquoi ils ne pensent pas a l'avenir, au progrès, et àtout ce qu'ils pourraient faire en se débarrassant de leurs puerils sentiments. Je les regardais avec une grimace de dégout, voulant leur faire comprendre que cette situation me mettait mal a l'aise et m'agaçait presque.

Alors que l'épisode des retrouvailles se clôturaient et que la balle était à nouveau dans leur camp, je me creusait le cerveau pour savoir comment me tirer d'affaire. Je n'arrivai pas a croire que j'étais en mauvaise posture, et en plus à cause de leurs amours réciproques qui leur couterait la vie un jour et aujourd'hui peut être la mienne. C'est ce à quoi je pensais quand je vit la Reptincel se retourner, nous visant, moi et mes collègues, avec une Draco rage remplie de haine. Voilà qu'elle se reveillait: Au moins elle en avait dans le ventre! Tandis que la charge de fureur se dirigeait droit sur nous, je faisait signe à mes chercheurs de se protéger en se jettant au sol.


" A TERRE! "

Je fit le geste rapidement moi aussi, et je sentis mon dos se faire brûler par cette attaque pokémon. Ma blouse partait en lambeau, et dévoilait mes habits noirs tachetés de rouge. Je me cramponnais au sol, jettant un regard agacé au petit groupe de " gentils " qui venaient de perturber mes recherches. Si j'avais perdu cette bataille je pouvais encore le digerer. Mais mon laboratoire, lui, je ne supporterais pas le voir en fumée. Il fallait que j'agisse rapidement, penser de manière raisonnée, pour que les moeurs se calment et que tout le monde regagne son poste calmement. Ainsi que faire dégager rapidement cette intrue et ses pokémons de ma planque. Déjà qu'elle connaissait maintenant l'emplacement, il fallait qu'elle aille voir ailleurs. Je m'occuperais d'elle plus tard, je me le promettais. Je n'aurais pas sa Salamèche, mais tant pis. Elle avait évolué, et je ne pouvais plus en tirer grand chose: ses gênes ont mûtés maintenant. Et ce qui m'interesse, c'est l'ADN du Salamèche. Néanmoins tout cela n'était pas vain, ils nous restaient encore du sang de Salamèche sur deux ou trois scalpels. Je devais garder tout ça bien au chaud, et que cette peste me lâche. J'allais faire pression.

Je me redressais, après l'attaque passée, puis je voyais autour de moi les bureaux retournés et dévastés. Carbonisés par la dracorage. Je me rongeais les ongles a l'idée que des documents auraient été perdus pendant cette mésaventure. Alors, un peu stressé, je m'avançais vers Safran. Il fallait que je sois mâlin, et presque sincère, pour qu'elle reparte loin d'ici.


" Bon. On est pas de grands amis toi et moi. "

Je m'adressais directement à la dresseuse, le regard franc et les yeux presque grands ouverts, ce qui ne faisait qu'accentuer mes cernes.

" Mais je veux que tu partes. Que vous partiez. Tu as retrouvé ton amie non? Maintenant sortez de là. Si tu t'oppose à cela, tu sais très bien que j'ai un ami, un maître des abysses, qui se fera une joie de vous torturer, toi et tes petits compagnons. "

D'un air plus insistant cette fois, je leur pressais le pas.

" Vous en avez assez vu, et je vous laisse partir. Soyez heureux. Ma petite Salzard, tu sais que tu ne fais pas le poids contre moi... Alors dégagez. "

D'un geste brusque, je leur fit comprendre ma volonté en tapant sur le mur d'a côté. Je les toisais, tous les quatres. Cette fois, mes pupilles se dilataient. D'anxiété, de stress, d'agacement, de nervosité.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Safran Salzard
Entouré de ses compagnons
Entouré de ses compagnons
avatar

Messages : 439
EXP : 2355
Date d'inscription : 11/02/2014

Notes
Relations:
Sac à dos:

MessageSujet: Re: Le butin.   Mar 4 Nov - 16:16

Aucune réaction, Safran commençait à désespérer. Même si elle ne comprenait pas le langage pokemon, elle avait compris que Siegfried et Platine tentaient eux aussi de faire réagir Rexia, mais sans succès. La rouquine commençait à faiblir, elle n'arrivait plus à entraver les mouvements de son amie, pourtant, elle ne pouvait se résoudre à la laisser continuer comme ça. A aucune moment elle ne put imaginer ce qui allait arriver. Elle était convaincu que la Reptincel s'arrêterait à temps, pourtant, lorsque ses bras ne purent plus contenir la force de son pokemon, elle dut se rendre à l'évidence : elle avait échoué. Rexia était toujours hors d'elle, et la lueur folle dans ses yeux ne s'était pas éteinte. Vive prédatrice, elle ne laissa aucune chance à la rouquine de s'échapper alors qu'elle prenait son bras pour cible, et lorsque ses crocs se plantèrent dans la chair fraîche, Safran hurla.
Tout autour d'elle se brouilla d'un coup, la douleur fusa dans son esprit, s'imposant comme unique sentiment. C'est à peine si elle sentait les larmes couler sur ses joues, ou encore, ses pokemons gémissant de surprise devant le spectacle qui s'offrait à eux. Inconsciemment, la rouquine tenta de reculer pour s'éloigner de la Reptincel, mais son bras était fermement prisonnier d'une mâchoire d'acier, et la douleur ne faisait qu'augmenter, alors, dans un excès de désespoir, elle enserra à nouveau Rexia à l'aide de son bras valide, la suppliant de la lâcher. C'est alors que le miracle se produisit.
Etait-ce une illusion, ou la pression sur son bras se relâchait peut à peu ? Rapidement, Safran put récupérer le contrôle de son bras ensanglanté. Certes, elle ne pouvait et ne voulait plus le bouger, mais bien que la brûlure et la douleur était encore là, elle se sentait rassurée et soulagée. Les yeux emplis de larmes, encore embrumés, elle put voir que le regard de Rexia était à nouveau sain, elle était revenue, ce qui arracha un sourire douloureux à la jeune dresseuse.
Siegfried et Platine aussi se sentaient soulagés, quoiqu'une nouvelle inquiétude pointait le bout de son nez, pour le bras de leur dresseuse. Rexia était revenue, mais à quel prix ? La reptile de feu tenta vainement d'arrêter les saignements de sa dresseuse, mais les coups de langue chauds qu'elle lui donnait l'apaisèrent quelque peu alors qu'elle grimaçait, mais malgré l'était préoccupant de la blessure, il y avait pire dans l'immédiat.
Le trio se retourna en même temps que la Reptincel pour voir à qui elle adressait maintenant un regard plein de haine. Elle s'était excusée, mais comment la blâmer entièrement étant donné les circonstances ? Eraph les observait, tous les quatre, un dégout non dissimulé affiché au visage. Ha, quelle tête il fit lorsqu'il se rendit compte de ce que sa victime avait préparé pour lui ! Surpris, il fit fuser sa voix pour donner un ordre tout de suite exécuté, même par les intrus qui se plaquèrent au sol suite à la déflagration draconnique de leur amie. Aucun doute, Rexia avait gagné de la puissance face à son évolution, et si elle n'était pas aussi terrifiante, et s'ils ne se trouvaient pas dans une situation aussi précaire, Safran en aurait été heureuse.

Lorsque l'excès de rage de la Reptincel fut évacué, la rouquine se redressa tant bien que mal, alors qu'elle observait Icendo en face d'elle. Il était encore en vie, et elle ne savait pas si se réjouir que son pokemon ne soit pas devenue une meurtrière, ou bien s'attrister que ce monstre soit encore capable du pire. Malgré sa blouse en lambeau et ses cernes, il restait toujours aussi effrayant aux yeux de la jeune dresseuse, elle avait peur qu'il ait encore un tour dans sa manche pour récupérer Rexia, mais aussi Siegfried et Platine, pourtant, lorsqu'il s'avança pour prendre la parole, ce fut pour déclarer un genre de trève.

Bon. On est pas de grands amis toi et moi. "

C'était le moins qu'on puisse dire, en cela, elle était d'accord avec lui. Malgré la douleur dans son bras, elle tenta de se redresser le plus possible pour rester digne s'il lui proposait un nouveau combat, mais le défi ne vint pas, au contraire.

Mais je veux que tu partes. Que vous partiez. Tu as retrouvé ton amie non? Maintenant sortez de là. Si tu t'oppose à cela, tu sais très bien que j'ai un ami, un maître des abysses, qui se fera une joie de vous torturer, toi et tes petits compagnons. "

Wow, s'il n'avait pas ajouté sa menace d'appeler Kyogre, elle l'aurait presque remercié de les laisser partir sans plus de casse, presque. Au lieu de ça, elle fronça les sourcils, soucieuse, et s'il s'agissait d'un nouveau piège ? Elle n'eut pas le temps de réfléchir plus longtemps qu'Eraph reprenait de plus belle, bien plus insistant.

Vous en avez assez vu, et je vous laisse partir. Soyez heureux. Ma petite Salzard, tu sais que tu ne fais pas le poids contre moi... Alors dégagez. "

La rouquine se mordit la lèvre, il avait raison. De son bras gauche, le valide, elle rappela Platine qui tremblait à ses côtés. Elle voulut en faire de même pour Siegfried qui grognait, de peur qu'il ne se lance à l'attaque, mais elle se résigna, elle voulait qu'il reste à ses côtés. Pour Rexia, pas question de l'enfermer, pas après ce qu'elle venait de vivre. Au lieu de ça, elle lui attrapa la patte pour la serrer dans sa main. Les écailles étaient encore chaude de par sa condition de type feu.
Très bien, ils allaient partir, mais avant cela, la rouquine lança une ultime bravade.

- Il n'est pas loin le temps où je saurais te tenir tête !

Lança t-elle. Elle aurait voulu rester fière et digne jusqu'au bout, mais sa voix se brisa à la fin de sa voix. Trop de sentiments, d'émotions et de douleur... Elle ne pouvait plus rester là, alors elle entraîna sa petite équipe avec elle, hors du repaire. Les voleurs qui se trouvaient là la laissèrent passer, surpris, et lorsqu'elle retourna à Vonnier-Sur-Lic, vers le centre pokemon, elle ne répondit à aucune question, elle voulait juste du repos, pour elle et pour ses pokemons. De toute façons, sur une archipel aussi tranquille qu'Aiste, qui croirait qu'un groupuscule comme les chercheurs de gènes pouvait exister ?
____________________
[Hrp : Bon, voilà :,D Je conclus le post comme ça, j'espère que ça ira pour tout le monde, sinon, je change :,D Si vous voulez ajouter quelque chose aussi o/]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rexia Reptincel
Petit animal
Petit animal
avatar

Messages : 156
EXP : 1170
Date d'inscription : 16/02/2014
LVL : 25

Notes
Relations:
Sac à dos:

MessageSujet: Re: Le butin.   Mar 4 Nov - 20:35

    Son attaque n'avait eue qu'à moitié l'effet qu'elle avait espérée obtenir : certes, le laboratoire était en-train de pratiquement s'effondrer, les documents était en feu, les bureaux retournés et les ordinateurs fondaient. Cependant, elle n'avait causé que bien peu de blessures aux chercheurs qui lui avaient fais tant de mal et l'avaient poussée à commettre un acte impardonnable. Même Incendo se releva tant bien que mal. Jusqu'à ce jour, elle n'avait jamais su ce que c'était, de haïr réellement quelqu'un, encore trop jeune et naïve qu'elle était... maintenant, elle se rendait compte que le monde n'était pas toujours un délicat petit nid de braises. Quelques minutes plus tard, elle l'aurait surement brûlé sur place sans se rendre compte de se qu'elle faisait... pourtant, maintenant, elle l'avait raté. Peut-être qu'elle l'avait raté par instinct, parce qu'elle n'était pas une meurtrière. Peut-être que sa conscience l'empêchait, maintenant, de lancer une nouvelle attaque.

    Incendo s'approcha... elle avait une conscience, mais si il venait la chercher de trop près, il allait s'en mordre les doigts ! A moins que ce soit elle qui les lui morde... après avoir été poussé à mordre sa dresseuse, elle ne serait pas contre goûter son sang à lui. Elle n'écouta même pas ce qu'il disait, elle savait qu'il s'adressait directement à Safran. Elle ne faisait que le regarder, grogner, le menacer, lui signaler très clairement qu'il n'avait pas intérêt à s'approcher encore d'avantage. Elle avait une conscience, mais pour protéger ceux qu'elle aime et se protéger elle-même, elle serait prête à tout. Elle eut un sursaut lorsqu'il frappa le mur et, prenant ça pour une menace, elle s'apprêta à souffler le feu... mais Safran l'attrapa par la patte, et ça la calma immédiatement.

    Rexia leva le museau vers sa dresseuse. Elle avait perdue toute trace de férocité : les yeux humides, elle ne faisait que la regarder avec curiosité. Elle lui fit alors comprendre que le moment était venu de partir. Quoi, maintenant ? En les laissant s'en sortir comme-ça, sans leur faire payer ? Visiblement, oui. Une goûte du sang de la jeune fille tomba de son doigt et alla s’étaler sur le sol. Se souvenant de ce qu'elle avait fait, elle ne se sentit pas de lui désobéir. Alors elle la suivit docilement, bien qu'elle lança un dernier regard assassin à Incendo : ils se retrouveraient ! En sortant, dans un dernier signe d'hostilité, elle frappa une éprouvette posée sur une table, à l'entrée, qui alla se fracasser sur le sol... puis elle suivit Safran, plus que ravie, en réalité, de quitter ce lieu.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icendo Roran
La science sans limites
La science sans limites
avatar

Messages : 20
EXP : 93
Date d'inscription : 06/02/2014

Notes
Relations:
Sac à dos:

MessageSujet: Re: Le butin.   Dim 14 Déc - 18:48

Elles partaient. Elles partaient. Je n'arrivai pas à croire que tout cela s'était terminé de cette façon. Quelle peste. Je n'avais pas peur d'elle ni de ces frêles menace. La seule chose qui me faisait bouiller la rage en moi c'était qu'elle eut la possibilité de s'introduire ici. Maintenant, je me sentais vulnérable. Non pas moi, mais mon groupe. Voilà quelques années que je me donnais corps et âme, que je dormais si peur que les poches sous mes yeux étaient des cernes déformées et permanentes. Non je ne m'étais pas ruiné pour être démasqué ainsi! Je n'avais pas peur de ces futiles Aistiens. Mais maintenant je devais m'attendre à affronter la vengeance des dresseurs. Enfin, leur vengeance j'en avais rien à foutre, mais leur impertinence de pietiner MON sol. Ca, je l'avais en travers de la gorge.

Je regardais mes habits qui brûlaient au sol, mes yeux les fixait et ma haine grimpait en flèche. Me syeu étaient plus ouverts que jamais. Je ne contrôlait plus mon sang et alors que les chercheurs autour de moi ne savait que dire et me regardait en retenant leur souffle. Je sentais la peur autour de moi. Cela m'insupportais. Comment pouvaient-ils m'entourer si ils étaient si fébriles et sans poigne?

" QU'EST-QUE CE VOUS AVEZ? "

Je criais dans le repère, je n'étais plus qu'une ombre. Ils méavaient mit les nerfs a vif. Comment avaient-ils réussit à faire entrer cette intrus. Comment étaient-ils si incapables? Comment j'avais pu me tromper à ce point? Alors je m'approchai du premier froussard a lunettes sur mon passage, je lui agrippais le coup et le propulsai sur la table où la Salamèche avait précédemment encore été torturée. Le sang encore un peu frais de la lézarde tâcha la blouse et les joues su scientifique que je venais de prendre en grippe. Ah, ils l'avaient tous mérité! TOUS! J'allais leur montrer ce que c'était de me prendre pour un imbécile.

" Le sang frais. Voilà ce qui devrait tous vous motiver, LA SCIENCE! LE PROGRÈS! Mais au lieu de ça, vous êtes lents et insupportables.  "

Je lui serrai encore le cou, tandis qu'il essayait de me supplier de le lâcher, mais je ne céder pas aussi facilement. J'étais fatigué et mes veines étaient drogués par les excitants qui me faisait encore garder les yeux ouverts. J'étais fatigué. Fatigué. Fatigué. D'eux.

Je lâchais alors ma proie violemment sur la table, faisait ricocher sa tête. Les autres se précipitèrent à ses côté pour vérifier si il allait bien. Je serrai mes mains contre mon visage. J'étais méconnaissable. Je n'aimais pas l'excès, ni la colère à ce point. Mais aujourd'hui je venais de comprendre que le temps était compté. Jusque là, j'ai toujours cru que le plan était sans failles, mais j'avais négligé l'implication des petits héros, les nouveaux sauveurs du monde qui souhaitait tenir tête au grand méchant. J'avais oublié a quel point les humains peuvent être stupide et téméraire. Et pourtant c'était aussi une part de moi. Je m'agaçais.


" Je ne veux pas m'emporter à nouveau. Alors faites correctement votre travail. Aujourd'hui on peut comprendre qu'une bataille est déclenchée, entre nous et eux. Ceux de l’extérieur. Arrêtez de prendre les choses comme acquises. "

Je regardais les cendres de quelques outils qui restait dans le laboratire et j'ordonnais à tout le monde de ranger, moi je m'éclipsais. Je devais me calmer. Alors je m'enfermais dans ce qui était ma " chambre ". Un endroit ou seul un lit se dressait, un maigre bureau et une lampe à la lumière spectrale. Je m'asseyais sur mon lit, me tenais la tête entre les mains et criait. Criait si fort. Je voulais trouver une solution: LA solution. Je n'avais pas peur que les chercheurs perde, mais je ne supportait pas le fait qu'il y ai un pourcentage de chance qu'on puisse être brisé. Ma vie, je l'avais voué à la science et a la découverte, tout ce qu'on demandait, nous, c'était un endroit pour être libre. Libre et illégaux, certes, mais dans notre liberté propre. MERDE! C'était ça les chercheurs, et on voulait avoir notre légitimité. Alors on l'aurait, quitte à enterrer vivant nos ennemis. Quitte à briser ces dresseurs qui croient nous tenir tête. Safran Salzard, et tous ces insectes, je les donnerai à manger à Kyogre. Je ne pensais qu'à une chose: leur destruction.

Mais en me tenais ainsi sur mon lit. Je pensais à l'impossible. A ce dont je m'étais toujours refusé d'avoir la moindre particule d'idée. De l'aide. Demander de l'aide. Je me sentais pour la première fois depuis le début de mon projet, vulnérable. Je me sentais faible, et c'est cela qui faisait bouillir en moi une haine incontrôlable. Si je ne cherchai pas un nouvel allié de taille. Je ne serai jamais sûr à 100% que mon plan marcherait. Et je voulais du 100%. Si je n'ai pas toute les chances de mon côté, je serai toujours envahit de colère. Et je n'aime pas ce sentiment, je n'aime aucun sentiment ni aucune émotion d'ailleurs.
Alors il me fallait penser à cela. L'aide. Malheureusement, je savais directement ou l'acquérir. Je devais être aussi mâlin que je l'avais été. Je ne devais pas devenir quelqu'un de brute, noyé par la haine. Je devais être moi: Icendo. Je devais revenir à la froideur qu'on me connaissait. Alors je cessais de crier, je cessais de me crisper. J'avais la solution, j'avais la puissance en pensée. Je savais ce que je devais faire pour être au maximum des capacité de mon groupe. Je devais faire mon travail de leader et mener les chercheurs de gènes au bout de leurs expériences.

Pour cela je devais aller le voir. Lui. Et trouver notre équilibre.

Lui.

Je quittais ma chambre, sous les yeux des chercheurs mi-effrayé, mi-contrarié d'avoir été si mal traité. Mais je m'en fichai, je devais me dépêcher de concrétiser mon idée. Sinon tout serait trop tard; je devais avoir le bon timming. Je me dirigeais au dernier étage, sous la mer. A l'endroit que chacun craint, car de là, on ne voit rien, tout est noir nuit. On est perdu, là, seul au fond de l'océan. Je me munissait alors d'une combinaison de plongée, de quelques bouteilles et me préparais a pousser la porte qui faisait le pont entre notre repère et la profondeur des océans. Je me préparais a aller le rejoindre. Je sortis de ma pokéball le grand Kyogre, lobotomisé depuis des années pour réagir à mes ordres, il était si conciliant que j'avait presque quelques émotions pour lui. Dans la profondeur, il semblait regagner vie et criait si fort que j'étais persuadé que sur terre, ses rugissement provoquer des tsunami. Je grimpait sur son dos, et comme nous l'avions souvent fait auparavant, nous voilà prêt tous les deux à filer sous les eaux. Cette fois, ce n'était guère une exploration. Je me dirigeais vers cet endroit de légende, que je n'avais pas visité depuis longtemps. Et je savais que l'entité qui vivait là se doutait de ma présence et probablement de mes raisons.

Arrivé au flanc d'une crevasse immense, je demandais à Kyogre de regagner sa pokéball. Je devais être seul. Je franchissais une immense grotte qui devait faire deux fois la taille du Fort de Bruine. Je nageais à l’intérieur, seul et déterminé. Je fini par remonter à la surface, comprenant que j'étais assez en profondeur pour entrer à l’intérieur de la cavité. Gagné, je sortais ma tête de l'eau et pouvait apercevoir les parois d'une immense caverne sombre et inquiétante. J'enlevais mes outils de plongés, les laissant tomber sur le sol dans un fracas qui fit un immense écho. Une fois préparé, je m'approchai des sombre profondeurs de la caverne et retenait mon souffle pour pouvoir ensuite parler d'un ton franc et posé. J'étais prêt à lui faire face. Lui aussi. Je n'avais pas peur, au contraire, mon sang bouillait d'une excitation aussi immense que lorsque j’exécute mes expériences; J'étais fasciné et fou. J'étais bouillant.


" Shayrou, je suis venu te voir. "


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayrou Lugia

avatar

Messages : 8
EXP : 15
Date d'inscription : 02/09/2014

MessageSujet: Re: Le butin.   Dim 14 Déc - 20:57

    Mais l'appel de ce fou d'Incendo n'attira pas nécessairement la créature à laquelle il s'attendait, au début, en tout-cas : lorsqu'il cria, une forme sombre et particulièrement petite, par-rapport à l'être qu'il recherchait, tomba du plafond et vint se poser juste devant lui. La petite créature, couleur de nuit, avec une paire d'ailes membraneuses, deux grandes oreilles et deux queues pointus, ouvrit grand une bouche garnie de crocs pointus avides de sang et poussa un cri strident, s'avançant vers lui en marchant sur ses ailes, essayant visiblement de chasser l'homme alors qu'elle était à-peine plus grande que son pied. Elle n'avait pas peur, car une seule idée brillait dans son esprit : cet humain ne devait pas déranger son seigneur ! Il se reposait ! Il était fatigué ! Il devait se taire et, encore mieux, partir ! Et si il ne voulait pas, elle sucerait chaque parcelle de sang de son misérable corps... enfin, elle essayerait !

    Cela-dit, la petite Nosférapti femelle se tut et cessa d'avancer lorsque un sourd grondement, comme le soupir d'un géant, sortit du fond de la caverne. Les oreilles mi-baissée, la créature se dressa et regarda dans cette direction. Une voie puissante, qui créa des auréoles dans l'eau et fit trembler les stalactites, s'éleva :


    -Laisse-le passer, Ankary.

    La petite chauve-souris resta immobile un instant, puis, les oreilles dressées comme si elle était surprise, regarda l'homme. Elle laissa passé une minute de silence et ouvrit une dernière vois la bouche pour pousser un cri strident, avant de s'envoler et de disparaître dans les ombres, lâchant ce qui ressemblait à un rire. Ses battements d'ailes se perdirent dans l'obscurité, puis, après un instant de silence, au loin, le bruit de quelque-chose d'énorme trempant sur le sol retentit. Il y eut ensuite le son de pas immenses qui écrasaient la pierre, quelque-chose bougea au plus profond de la caverne, et deux lumières rouges, ardentes, brillèrent en l'air. Devant se baisser pour pouvoir passer l'entrée de sa caverne, le grand Lugia noir, Shayrou, sortit de l'ombre.

    Il s'arrêta à quelques mètres devant Incendo, le dominant de toute sa hauteur, une légère lueur de mépris pouvant se lire dans ses yeux. Shayrou voyait les hommes comme de potentiels serviteurs, voir comme des proies... le chef des chercheurs de gênes ne faisaient pas exception, si ce n'est qu'avec lui, il avait conclu un pacte visant à se qu'ils s'aident mutuellement à obtenir chacun se qu'ils voulaient. Ce n'était pas pour autant que Shayrou allait respecter un humain. Il ne craignait rien, chez-lui, pas même Kyogre, son stupide esclave.

    La queue de l'immense dragon des mers entoura Incendo, comme si il cherchait à l'empêcher de retourner vers l'eau, à lui couper la voix vers la sortie. Avec une lenteur extrêmement calculée et proportionnelle à sa taille, il baissa la tête dans sa direction, et la pencha sur le côté, de façon à se que seul l'un de ses yeux rouges et luisant ne l'observe. Il s'approcha si près de lui que son souffle chaud vit voler ses cheveux blancs. Alors seulement qu'il était en mesure de le tuer d'un simple mouvement si ses paroles lui déplaisaient, il lui dit :


    -Tes semblables ont fais beaucoup de bruit, aujourd'hui, au-dessus de ma caverne. Vous m'avez réveillé. Et j'ai tendance à être de mauvaise humeur lorsqu'on me réveille. J'espère que tu as une bonne explication et une bonne raison de venir me déranger chez-moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icendo Roran
La science sans limites
La science sans limites
avatar

Messages : 20
EXP : 93
Date d'inscription : 06/02/2014

Notes
Relations:
Sac à dos:

MessageSujet: Re: Le butin.   Mer 14 Jan - 18:37

Alors que je revoyais cette silhouette imposante et immense face à moi, je cherchai dans mes souvenirs et je n’arrivais pas à me rendre compte que lors de notre première rencontre Shayrou était aussi intimident. Peut-être avait-il grandi ? J’en savais rien, et alors qu’il déposé sa queue autour de moi pour m’oppresser, je n’avais pas envie de jouer au chat et à la souris. C’était déjà assez humiliant pour moi de me tourner vers un pokémon, je n’allais pas avoir peur. Je n’aimais pas les émotions et la colère que j’accumulais en ce moment était déjà trop pour moi. Stop. Je l’écoutais alors et acquiesçait d’un geste bref de la tête.

« Oui, il y a eu un incident. On a été repéré par ces fous de dresseurs aimants et bienveillants qui pensent encore pouvoir devenir des héros. Bref. Alors qu’on avait capturé une Salamèche prometteuse et forte, qui pouvait nous aider dans nos recherches… Sa foutue dresseuse nous a démaqué. Aujourd’hui on est à découvert, tu l’es aussi pour le coup. »

Je m’arrêtais un temps, rien que la pensée de ces humiliante journée me faisait serrer les poings, alors je gromelais doucement dans mon manteau humide…

«  Pff, foutue Rexia, foutue Safran. Je suis décrédibilisé… »

Puis je repris la voix forte en fixant à nouveau le pokémon légendaire dans les pieds, toussant un peu. J’étais prêt à établir un nouveau plan, pour l’instant, notre pacte était faible, et je savais que Shayrou n’était pas un allié. Il fallait que je le persuade de le devenir. Il fallait qu’il le devienne.

«  Ecoute. Je te propose qu’on passe aux choses sérieuses toi et moi. Ce que je veux, c’est Aiste. Aiste, vide, pour que je puisse être légitime dans mes expériences et que personne viennent me déranger. Je sais que tu veux régner sur l’archipel. Par tous les moyens. Travaillons ensemble dès maintenant… pour foutre en l’air ces îles. Je suis las. Je te laisserai faire ta vie là-haut. »

Je soupirais. Ce que je voulais, c’est qu’il extermine tous ces idiots là haut, mais comment faire confiance à ce démon. Je sais que moi aussi, je risque d’y mettre ma vie, si a envie de jouer avec moi. Il fallait que je sois vigilant et que je trouve le moyen de le faire chanter. Il fallait que je sois malin. Je laissais le silence s’installer pour le laisser me répondre, je m’attendais à me prendre un coup par ma virulence non contenue. Mais je saurais répondre. Ce que je cherchais là, maintenant, c’était le pacte. Entre le diable… et le diable.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayrou Lugia

avatar

Messages : 8
EXP : 15
Date d'inscription : 02/09/2014

MessageSujet: Re: Le butin.   Dim 18 Jan - 22:22

    Shayrou resta silencieux, et écouta avec une sorte d'attention las ce que l'humain aux cheveux blancs avait à lui dire. Il ne semblait pas être tout-à-fait réveillée, mais en réalité c'était un air qu'il se donnait, comme si les petits soucis du commun des mortels l'ennuyaient. En réalité, tout-cela l'intéressait, car il voyait en les chercheurs de gênes un moyen d'arriver à ses fins... et l'ennuyait également, car c'était vrai : les petits problèmes des humains ne l'intéressaient pas, il ne voyait en eux que de pitoyables créature sur qui un jour il régnerait en maître absolu. Il se faisait toujours un point d'honneur à ne pas montrer de sentiment en début de conversation, afin d'avoir l'air plus menaçant... jusqu'à ce que le moment soit venu pour lui de montrer à quel point il méprisait son interlocuteur. Le moment était venu...

    Shayrou se redressa et regarda l'humain de haut... puis il ouvrit grand sa gueule en forme de bec et... il se mit à rire. Il lâcha un rire tonitruant, qui fit trembler la caverne. De faibles bruits d'ailes se firent entendre au plafond. Apsychos et Ankary, les deux Nosferapti qui le servaient, devaient être perchés quelque-part dans les ténèbres, surveillant les environs pour leur maître au cas-où cet humain ne ferait que détourner son attention pour lui tendre un piège, et les tremblement du plafond les déséquilibrèrent. Lorsque son rire se calma, il regarda à-nouveau son interlocuteur, mais une lueur amusée brillait toujours dans ses yeux rouges : il se moquait ouvertement de lui.


    -Laisse-moi résumer la chose, continua-t-il : vous, les grands chercheurs de gênes, vous êtes laissés mettre en déroute et découvrir par une pauvre humaine et un vulgaire lézard de feu ? Je pensais qu'une organisation comme celle dont tu fais partis aurait au-moins la puissance de combattre un Pokémon de premier niveau et une dresseuse seule... visiblement, un enfant pourrait mettre un terme à votre organisation. Cela-dit...

    Il baissa à-nouveau son museau face à lui pour le regarder droit dans les yeux. Shayrou pouvait passer d'une émotion à une autre en à-peine quelques secondes. L'amusement venait de faire place à la menace :

    -Ce n'est pas parce que vous avez étés assez stupides pour vous laisser découvrir que je le suis également. A part toi et quelques autres gros pontes de ton organisation, personne n'est au courant de mon existence. Es-tu en train de me dire que si vous êtes arrêté, tu me trahiras ? Si tu oses faire une telle chose, alors je finirais ce que cette Salamèche à commencer.

    Il aurait d'ailleurs très bien pu le faire immédiatement : le Lugia n'aimait pas le ton de cet homme. Il n'était pas assez effrayé, assez soumis face à lui. Mais le tuer, pour le moment, ne lui servirait à rien... alors que le maintenir en vie... Shayrou commença doucement à marcher, faisant les cents pas dans sa caverne, tournant autour d'Incendo, bien qu'il ne le regardait plus. Le regard perdu dans le vague, il semblait réfléchir. Sa queue traînant se trempait de temps en temps dans l'eau.

    -Je veux que cette île m'appartienne, en effet. Je veux que chaque être vivant me voit comme ce que je suis... un dieu. Un jour, cette archipel devra se prosterner devant-moi.

    Shayrou était un mégalomane, et il ne le cachait pas : il se voyait déjà comme le roi du monde. Mais bien qu'il ne le dirait pas dans ces termes, il ne pouvait nier la vérité : il serait assez puissant pour vaincre, tuer une partie des Pokémon et des dresseurs qui s'opposeraient à lui, mais si toutes les îles se liguaient ensemble contre lui, il ne pourrait pas tous les vaincre, il finirait par tomber avant. C'était ce qu'il lui était arrivé la première fois qu'il était sorti et qu'il avait essayé de prendre le pouvoir par la force. Songeait à cela était pour lui une grande honte : il voulait, il se devait d'être le plus puissant des Pokémon. Lorsqu'il aurait imposer son règne, il se ferait un point d'honneur à tuer chaque être qui semblerait prendre la voie de la puissance avant qu'il ne l'atteigne.

    Et c'était la raison pour laquelle il avait conclu une trêve avec les chercheurs de gênes : si ces derniers réussissaient à vaincre la partie des dresseurs qu'il ne pourrait vaincre, ou si ils faisaient une armée de puissants Pokémon, ou si ils le rendaient plus puissant, alors plus rien ne pourrait l'arrêter. Et pour ce qu'il leur arriverait par la suite, il s'en fichait. Ainsi, ses réflexions terminées, il baissa à-nouveau le regard vers Incendo et lui dit :

    -Cela-dit, tu m'intrigues, avec ta proposition d'alliance. Si elle peut être bénéfique pour l'un comme pour l'autre, elle pourrait m'intéresser. Et lorsque je régnerais, tu seras libre de faire toutes les expériences que tu veux, je m'en ficherais, du moment qu'on me vénère comme il se doit. Qu'attends-tu de moi, exactement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icendo Roran
La science sans limites
La science sans limites
avatar

Messages : 20
EXP : 93
Date d'inscription : 06/02/2014

Notes
Relations:
Sac à dos:

MessageSujet: Re: Le butin.   Sam 4 Avr - 9:48

" Si nous sommes arrêtés, tu le seras aussi Shayrou. Ce n'est pas de la trahison, mais du chantage. "

Je me tenais fier et fort face à tous les ricanements et autres humiliations de Shayrou. Je bouillais au fond de moi, pokémon et humain ne sont pas fait pour vivre en équilibre, comment pouvait-il oser me rire au nez? Comment pouvait-il croire qu'il valait plus que moi? Certes, je venais querir son aide, mais ce n'était que pour renaître plus fort de mes cendres. Une fois que j'aurais obtenu ce que je veux de ce volatile géant et égocentrique, je me ferais une joie de fouiller dans ses entrailles, a lui aussi.

" Tu auras ce que tu veux Shayrou. Tu es un pokémon légendaire, et l'histoire nous a bien prouvé que vous avez façonné le monde pour qu'on y vive. "

Trèves de sottises, je marquais un temps avant de répondre à sa dernière question. Qui me provoqua un sourire secret, il semblait intrigué et l'un et l'autre on commençait à se faire " confiance ". Oui, presque confiance... Je n'étais pas dupe, je savais que, comme moi, une fois l'alliance arrivée à terme, il trahira. A ce moment là, tout se jouera au mensonge, a la rapidité... et à la chance.

" Mes chercheurs sont encore des idiots, nous tentons de nous construire dans l'ombre, mais si nous ne frappons pas un grand coup, nous seront morts avant d'avoir agit. Je prépare une attaque qui risque gros... Je voudrais que tu sois à mes côtés a ce moment. Comme pour faire ton grand retour, et montrer aux Aistiens que ce soit Shayrou ou les chercheurs, aucuns d'eux ne veut devenir leur ami. "

Je pensais à tous ces regards effrayés, ces envies de quitter l'archipel et de se noyer dans l'océan. L'archipel était coupée de tout et c'était le moment d'agir. Personne ne viendra sauver Aiste. Personne.

" Je sais que tu es prêt. Et tu sais comme moi qu'il n'y a pas de meilleur moment que aujourd'hui: Aiste est seul au monde. Seul. "

Je me postais alors face à lui, attendant le dénouement, mais je sentais mon sang se faufilais de plus en plus vite dans mes veines. C'était maintenant que le rêve d'année de recherches allait se concrétiser, non sans mal et sans devoir faire des concessions - comme travailler avec des pokémons - mais voilà qu'approchait l'apogée des chercheurs de gènes.

" Alors... Shayrou? "


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shayrou Lugia

avatar

Messages : 8
EXP : 15
Date d'inscription : 02/09/2014

MessageSujet: Re: Le butin.   Ven 10 Avr - 18:07

    Lorsque l'humain admit devant-lui que tout cela était du chantage, Shayrou arrêta de tourner en rond et regarda Icendo, ses yeux tellement rétrécis qu'ils n'étaient plus que deux fins fils couleur de braises. Icendo était-il donc totalement suicidaire ? Il était à la merci de ce Pokémon qui, et il devait le savoir, méprisait chaque être-humain comme l'aigle méprise la souris. Un prédateur et une proie. Un dieu et une fourmis. Et pourtant, il osait lui parlait comme si c'était lui qui avait l'avantage, comme si le grand dragon noir n'avait pour lui dix-milles façon de le tuer, rapidement ou douloureusement. Manger un humain ne lui faisait pas peur. Sa queue et ses pattes étaient toujours prêtes à piétiner ceux qui fâchaient leur propriétaire. Il pouvait aussi, d'un simple ordre, lâcher ses Nosférapti sur lui. Ses deux dévoués serviteurs étaient toujours en mal de sang-frai. Cela-dit, Icendo sut trouver les mots pour le calmer...

    Le compliment sur les Pokémon Légendaires tel que lui le détendit. "La flatterie ne vous mènera nul-part" ? Cette devise n'était pas toujours vrai... tout-du-moins permettait-elle de gagner du temps, avec lui, flatter l’ego de ce dragon était toujours la meilleur façon de le détendre, mais si il décidait de vous tuer, si vous le fâchez, il ne sera pas non-plus aussi simple de s'en tirer. Icendo avait agacé Shayrou, mais tout-du-moins venait-il de gagner un sursis. Il avait besoin de lui, mais qui sait ce qui pourrait arriver une fois que tout-cela serait fini.

    L'homme aux cheveux blancs cessa de parler, et le ténébreux Pokémon noir se redressa, perdant son regard au loin, s'échappant dans ses pensées. Icendo n'était pas le seul qui voyait se profiler à l'horizon une victoire qu'il avait si longtemps attendu, si ce n'est que, bien qu'on ne le pense pas nécessairement, Shayrou était largement plus vieux que lui. Il attendait depuis longtemps, très longtemps... trop longtemps. Les aistiens devaient maintenant rencontrer leur nouveau maître, qui allait détruire les îles et régner sur les survivants, faire émerger son royaume de ces cendres. Il s’allierait aux chercheurs de gênes, pour ça, deux puissances maléfiques que les humains ne pourraient repousser... et si malgré-tout, ils y arrivaient, Shayrou insufflerait au moins suffisamment de terreur dans leur coeur pour que leur vie devienne un supplice. Alors, ils tenteraient de se préparer à la défense et commettraient des erreurs. La peur était le meilleur moyen pour lui de se poser sur le trône de Aiste. Il les soumettrait à-travers elle.


    -Tu m'as convaincu, humain, répondit-il finalement.

    Il baissa les yeux vers lui, et lentement, très lentement, d'un geste calculé, il fit descendre sa tête dans sa direction, jusqu'à ce qu'il se retrouve face-à-face et que leurs regards purent se croiser.


    -Je serais à tes côtés pour cette attaque. Aide-moi à obtenir ce qui me reviens de droit, et je te donnerais ce que tu veux. Mais je tiens à imposer mes conditions : personne ne me commande. Je peux suivre tes directives, mais j'agis quand et comme bon il me semble. Ses yeux louchèrent sur les Pokéball à sa ceintures, et, moqueur, il ajouta : après-tout, je ne suis pas ton stupide poisson bleu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le butin.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le butin.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» table aléatoire de scénario
» Le code des pirates
» Vol marquant [Mission Rang C : Nai]
» Questions-réponses de la communauté : 27 avril 2012
» Voler les voleurs - Rang D {Avec Naoko Aisaka}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The world around Aiste :: Île Alisse :: Vonnier-sur-Lic :: Mont Azure :: Fort de Bruine-
Sauter vers: